Edito : TP Mazembe, Résultat d’une improvisation scénarisée ? Les 5 scènes du Théâtre.

Il s’agissait d’une saison de rachat, une saison de promesses pour les corbeaux noir et blanc de la capitale cuprifère qui voulaient regagner leur niveau continental.

Coup de théâtre, prématurément, ils seront éliminés. Une élimination qui rend caduque les ambitions d’un investissement voulue instantanément productif.

1.Le recrutement ? Dumas ne fera pas encore avec !

Franck Dumas est arrivé après le shopping des dirigeants de Mazembe. Du transfert le plus cher du pays, ont il révélé en signant Ngimbi et Rajabu en provenance Maniema Union, jusqu’au complément avec les pions de la reserve salesienne. Qui peut, qui ne saura , Le nouveau patron du staff se serrait retrouvé dans l’ambara du choix dans un effectif pléthorique et a fait avec plus avec les noms.

Une bonne pléiade a été recrutée chez les corbeaux pour rendre possible la mission  » 6e Étoile « .

Parmis eux, seuls Zemanga Soze et Mercey Ngimbi se sont incrusté dans un effectif(de base) limité depuis près de 4 ans, et un effectif jugé « Sans niveau pour un club comme Mazembe. » la saison dernière par Pamphile Mihayo Kazembe. Les autres sont au placard et d’autre encore n’ont pas été aligné pour les interclubs.

2.Franck et le Franc parlé.

Le Français a demandé de l’honnêteté et de la personnalité à ses joueurs dans une interview accordée à la direction de communication du club, en date du 11 Octobre, soit quelques jours avant d’entrer en danse de cette compétition.

Une honnêteté dont lui-même avait besoin avant de signer un contrat qui l’oblige des résultats instantanés avec des éléments qu’ils devra lui-même façonnés.

Entre son dernier match en Ligue national de football et en Ligue des Champions, Dumas, justifie ses contre contre-performance dans la façon de jouer de l’adversaire (Bloc bas) et n’accuse pas la faiblesse de ses joueurs, qui visiblement n’ont pas beaucoup de séances devant le but.

Une équipe voulue offensive, mais sans répondant comme la saison dernière avec les meilleurs occasions créées par les défenseurs notamment Zola , Issama ou Ochaya, La notion du réalisme n’est pas applicable à l’équipe du TP Mazembe.

Avec un travaille de fond sur les longs ballons, question d’aéré le jeu et permuter facilement devant les bloques, fait des recettes non cuites.

Qui n’a pas compris quoi ? Les mêmes centres dans le vide tout au long du Match, alors qu’il y avait du temps de comprendre et changer la procédure.

Plus ou moins 16 corners, Baleke n’a accusé réception d’aucun centre, et pas plus de 4 Tirs Cadrés dans le match qui a avait un gardien vigilant.

Face à adversaire qui visiblement a eu à travailler sur l’adresse de ses attaquants, ils ont subit la possession mais ont eu beaucoup de possibilités.

En 4 matchs officiels de la saison, le match contre Sanga Balende est une exception offensive.
Par la suite , deux nuls et une victoire difficile pour une élimination en Ligue des champions.

Bref, Mazembe a beaucoup de joueurs, beaucoup de talents mais Mazembe, mais les grands clubs ont des grands joueurs. C’est la que leçon de l’échec n’a pas été bien comprise.

3.Mazembe dans la difficulté de remonter, L’invité vient pour faire la fête à Kamalondo.

Ou serait parti le slogan  » Sheriya Mugeni ni ku pigwa? « ( Le seul droit réservé aux visiteurs est de subir une defaite) un refrain entonné dans la mare aux crocos à l’étape décisive.

Sur 6 saisons, les corbeaux ont été éliminés par 3 fois en 16e de finale de la ligue des champions de la CAF. WAC, Caps United et voilà Amazulu.

Primeiro, Raja et Mamelody, qui ont privé les protégés de Moïse Katumbi du carré d’As, et ont prouvé noir sur blanc que Mazembe se trompe de calculs en pensant toujours faire mieux à la maison.

Sur les 5 derniers Match des Ligue des champions à Kamalondo, Mazembe a marqué 6 but et en an encaissés 5 pour deux victoires ( Bouengidi, Al Hilal), 2 nuls ( Belouizdad et Amazulu) et Une défaite contre Mamelody.

4.Nul n’est prophète chez chez-soi

Pamphile Mihayo a dit après le match nul contre JSK Kinshasa (2-2 à Kamalondo), un match qui a suivi le jour d’ après l’élimination en LDC :  » Ces joueurs n’ont pas de niveau… »

Une phrase qui etait comprise dans un débat des fans comme une justification d’un incapable, propos d’un coach limité. Sur la ligne du temps, Franck Dumas, le fin tacticien à eu le temps d’apprendre en agissant en s’appuyant sur le même effectif ou presque de Pamphile Mihayo, là que personne n’as vu réapparaître les même limites.

5.Le triangle de Bermude, Ces erreurs du lourd tribut.

Avant de savoir voler, il fait savoirse tenir debout. Avoir des ailes c’est pas suffisant.( F. Nietzsch)

L’envie du mieux aurait fait croire à un miracle du changement.

  • Recruter l’entraîneur après avoir recruté les joueurs.
  • Mettre à côté tous griots notamment.
  • La Dispensation des match en championnat domestique. Le mal commun des représentants Congolais aux interclubs, bien entretenu par les dirigeants du football.

Quelles sont les chances en coupe de la CAF où Mazembe sera déversée ?

vous pourriez aussi aimer