CHAN 2022 : après deux journées, les Léopards n’y arrivent toujours pas (décryptage)

Contre la Côte d’Ivoire, les Léopards de la République Démocratique du Congo ont disputé leur deuxième rencontre au Championnat d’Afrique des Nations, mercredi à Annaba. Quelques jours après avoir fait jeu égal avec l’Ouganda, la RDC n’a pas réussi à dompter des Éléphants, pourtant prenables.

Avec 7 changements d’entrée, Otis Ngoma alignait une formation très remaniée comparativement à la première sortie. Le gardien Siadi Bagio, le capitaine Djos Issama, Mika Miché et Jonathan Ikangalombo étaient les seuls rescapés du premier onze RD Congolais à ce CHAN. C’est sans Kevin Mondeko et Peter Mutumosi (absents de la dernière séance d’entraînement) que le staff technique a effectué la composition.

Inefficacité persistante dans les derniers mètres

Après deux matchs en Algérie, l’attaque des Léopards demeure le secteur le plus inquiétant. Contre la Côte d’Ivoire, les Congolais qui ont montré les envies de faire mieux, manquaient à chaque fois le geste parfait pour faire la différence. À l’image de leurs adversaires de la deuxième journée du CHAN, les hommes d’Otis Ngoma ont quasiment échoué à pénétrer les dernières zones ivoiriennes pour se mettre en situation confortable. La touche collective de Léopards n’a toujours pas imprimé sa marque après deux les deux premiers matchs.

Très peu de passes sont parvenues à casser les lignes d’en face. Une insuffisance qui coûte cher à la RDC, qui ne trouvera pas la faille au bout de quatre-vingt-dix minutes, devant des Éléphants réduits à dix à une dizaine des minutes du coup de sifflet final. Après 180 minutes, Léopards affichent un niveau inquiétant : aucun but marqué, et avec seulement trois tirs cadrés (en moyenne un 1,5 tir cadré par match).

L’arrière-garde, seule satisfaction

Si le regret de République Démocratique du Congo est celui de n’avoir toujours pas inscrit le moindre but dans ce CHAN (une première en 5 participations), l’assouvissement peut être de ne pas en prendre derrière. La défense est l’une des rares satisfactions de la sélection congolaise à cette 6e édition du CHAN. L’arrière-garde des Léopards dégage une sérénité remarquable. Menée par Issama Mpeko, la défense reste sur ses appuis et n’a laissé que très peu d’espace aux attaquants d’en face. Siadi Bagio est aussi l’un des meilleurs Léopards en Algérie, le portier du TP Mazembe est déterminant pour sa sélection. Sa première aventure au Cameroun lui a été d’un grand apport, le gardien réalise d’excellentes sorties et interventions dans surface. N’eût été sa mauvaise relance en première période, plein axe (ce mercredi contre la Côte d’Ivoire) qui aurait pu coûter chère à sa sélection, l’ancien de Bazano est irréprochable, impérial sur sa ligne.

Les léopards ont encore leur destin en mains, une victoire contre les Lions de la Teranga lors de la troisième journée, est synonyme de qualification pour les quarts de finale sans aucune forme de procès. Au sélectionneur de trouver la clé offensive pour décanter la situation, et offrir à la nation ce premier but qui tarde à venir.

Germain Ngoy

vous pourriez aussi aimer